DU PAPIER, UN CRAYON, UNE IDÉE
ET QUELQUES PARCELLES DE GROS
BON SENS POUR DE L'INSPIRATION
À PROFUSION!

SUIVEZ-MOI!

Retour au blogue

La deuxième chance

2013-01-11

Ça y est ! Nous sommes en 2013, une toute nouvelle année est là pour nous avec toutes les possibilités qu’elle apporte! Je souhaite pour vous la santé, l’amour, l’ouverture, le rêve et l’élan pour la réalisation de vos projets les plus chers!


Lorsque vous lirez ce texte, je serai probablement dans l’avion ou les deux pieds dans le sable à siroter un petit drink à votre santé! Et oui, mon conjoint et moi, nous nous donnons une deuxième chance de faire un petit voyage en amoureux !
 
Laissez-moi vous raconter…En 2003 nous sommes partis tous les deux faire notre premier voyage dans les pays chauds ! Pier-Olivier et Louis-Philippe, alors âgé de trois ans et 15 mois, passaient la semaine chez mes parents.  Partir en laissant les enfants demande beaucoup d’organisation. Un enfant malade en demande encore plus.  Médicaments, liste des médecins à rejoindre, formation de ma mère sur les soins etc… C’était un gros défi pour moi !


C’est le cœur gros, avec un sentiment de culpabilité et les larmes aux yeux que j’ai vécu le décollage. En fait, pour être bien franche, je ne me sentais pas prête à partir tout de suite loin de mes enfants. Je l’ai fait pour faire plaisir à mon conjoint qui en avait manifesté le besoin.


J’étais vraiment folle d’inquiétude ! Moi, la maman qui a sauvé la vie de son fils à plusieurs reprises, serait loin de lui pour une semaine! La tête pleine de scénarios de toutes sortes, il ne m’étais pas facile de lâcher-prise et de partir en confiance!


Notre première journée fut très agréable et j’arrivais même à vivre des moments sans trop penser à mes enfants. Pour des parents d’enfants malades, c’est souvent tout un défi de se permettre du bon temps sans culpabilité !


À minuit, le lendemain le téléphone nous réveilla. Lorsque j’ai décroché le combiné et que j’ai entendu la voix de mon père, j’ai eu l’impression que mon cœur venait de cesser de battre. Il m’annonça que Pier-Olivier était en grande difficulté respiratoire à bord d’une ambulance en direction de  l’hôpital Ste-Justine, accompagné d’un médecin et de l’inalothérapeute de l’hôpital de Saint-Hyacinthe.


« Je le savais que je n’aurais pas dû partir » a été la première chose qui me vint à l’esprit! Vous vous doutez bien que Vincent et moi étions dans tous nos états. On ne savait pas si c’était son cœur qui causait ses difficultés respiratoires mais mon père me disait qu’il était dans un piètre état.


Je ne vous raconterai pas toute l’histoire dans ce texte mais vous pourrez la lire dans mon livre !  Je peux cependant vous dire que ce n’est pas évident de quitter l’île de Cuba en pleine nuit ! Incapable de rejoindre notre agente de voyage, nous nous sommes dirigés à l’aéroport, que nous avons trouvé fermé! Un gardien a eu la gentillesse de nous faire entrer ! Je revois la scène où Vincent et moi nous sommes  assis sur nos valises dans la noirceur, sans accès téléphonique, sans nouvelle de notre enfant et n’étant vraiment pas certains de trouver un vol de retour! Des heures interminables et un mal être indescriptible!


Je me sentais vraiment prisonnière et tellement loin de mon fils ! J’avais affreusement peur qu’il nous quitte sans que je ne puisse lui dire une dernière fois à quel point je l’aime! Je me sentais terriblement coupable envers lui mais aussi envers mes parents et ma petite sœur qui devaient gérer cette situation des plus stressantes!


Nous sommes finalement arrivés boostés d’adrénaline à l’hôpital Ste-Justine vers 20h30, nos valises égarées en moins. Mon père et ma sœur ont éclaté en sanglot en nous voyant. Dans le corridor je discutais avec le médecin lorsque Pier-Olivier m’aperçue et se mit à crier qu’il voulait me voir! J’avais le cœur chaviré,  jamais je n’oublierai le regard triste et fatigué de mon père tout comme celui de mon fils qui semblait me dire « enfin te voilà! ». La charge de responsabilité venait de me revenir !


Notre semaine de vacance se passa donc aux soins intensifs de l’hôpital et une fois de plus mon beau Pier-Olivier gagna sa bataille contre une grosse pneumonie !


Pourquoi je vous raconte tout cela ? Pour vous parler de deux choses !


Nos pensées créent !
J’en ai la certitude maintenant ! La loi de l’attraction ça fonctionne aussi avec les mauvaises pensées croyez-moi! Cet événement a donné raison à mes peurs, il le fallait bien !  Avec tout le cheminement que j’ai fait je suis bien consciente que mon attitude et mes pensées noires ont grandement influencé mon beau Pier-Olivier qui ne pouvait faire autrement que de se sentir abandonné. Et comme les enfants réagissent avec leur corps, la pneumonie a parlé ! Comme le dit si bien Françoise Dolto : « Les enfants sont les symptômes des parents » !  J’ai appris plein de choses dans cette expérience. Depuis j’ai bien pris soin de mes peurs, j’ai appris à me donner le droit à moi aussi de vivre ma vie, tout en accompagnant mon fils dans la sienne !


Sortir de notre zone de confort !
J’aurais pu décider de ne jamais repartir car chat échaudé craint l’eau froide!
Il s’est passé 10 ans avant que j’accepte à nouveau de partir ! Je sors de ma zone de confort, vous le devinez!  Cette fois-ci avec la confiance dans mes valises ! J’ai mis toutes les chances de notre côté. Pier-Olivier et ses frères sont bien préparés et confiants. J’ai pris soin de mes peurs et de mon inquiétude en demandant à une infirmière qui soigne habituellement Pier-Olivier de venir passer la semaine à la maison. Comme elle le connaît bien, je pars en confiance. Les médecins sont avisés et tout est bien organisé!  Depuis quelques semaines, je fais des visualisations positives et je n’hésite pas à faire la technique « efface et recommence » ! Lorsqu’une pensée négative veut faire son apparition, je l’efface et la transforme positivement!


Je sais que cette fois-ci le décollage se fera avec le sourire, je sais aussi que je devrai possiblement prendre soin de certaines émotions qui pourront peut-être quelques fois venir tester ma confiance ! Cette fois-ci je soignerai mon discours interne, je ne laisserai pas mon « petit diable cornu » prendre le dessus sur mon « petit ange » ! En 2012 je suis souvent sortie de ma zone de confort et je suis très heureuse des résultats !


Et vous mes amis? En 2013, vous ferez-vous le cadeau de vous donner une première ou une deuxième chance ? Oserez-vous faire le petit pas qui vous fera sortir de votre zone de confort et vous rapprochera de la personne que vous désirez être? Ce premier pas, que vous vous autoriserez, sera dirigé par les pensées que vous aurez! Peut-être aurez-vous à utiliser la technique « efface et recommence » tout comme moi, mais vous verrez que plus vos pensées seront alignées à votre être profond, moins vous aurez à effacer!


Et si déjà une première pensée était cultivée dans notre esprit ? Une pensée de gratitude pour la vie que nous avons ! Faisons honneur à cette vie, la nôtre, en la vivant pleinement !


Marilyne pleine de vie, qui prendra du soleil pour vous !


Si vous aimez le contenu de cette page, merci de le partager!